Togo : un an de gestion des affaires publiques / Un bilan encourageant et une mention spéciale pour Victoire Dogbé

Gilles Oblasse
4 Min Read
Dans la soirée du vendredi 15 janvier dernier, l’image de marque du Chef de l’Exécutif, Victoire Tomégah-Dogbé, crevait l’écran de la TVT. Elle montait au créneau pour dresser le bilan des 100 premiers jours de la gestion des affaires publiques par son équipe, soldée par des réalisations consistantes. Aujourd’hui, 12 mois après, ce bilan s’annonce globalement positif.
On note sur le plan social, une multitude d’actions allant de la redynamisation du programme ‘’School Assur’’ consacré à la protection sociale des élèves et écoliers des établissements publics au programme “wezou” qui assure la prise  en charge les femmes enceintes dès les premières semaines de la grossesse à l’accouchement en passant par des actions en vue de l’éradication de la pandémie au coronavirus. Sur le plan économique, la réalisation phare demeure la mise en place de la plateforme industrielle d’Adétikopé.
 Destiné  à tous les apprenants des écoles publiques ‘’School Assur’’ couvre tout le territoire national togolais. Il assure la prise en charge gratuite de plus de 2.007.680 enfants au niveau des frais de consultations, des analyses médicales, des hospitalisations, des sollicitations en pharmacie et des opérations de chirurgie.
Officiellement lancé le 26 août 2021 le programme « WEZOU », s’impose comme un programme national d’accompagnement de la femme enceinte et du nouveau-né. Il y a un an, le premier ministre indiquait : « Avec le programme national d’accompagnement de la femme enceinte et du nouveau-né, le gouvernement togolais prendra désormais en charge une partie des soins de toutes les femmes enceintes du Togo. La volonté du président Faure Gnassingbé de ne laisser personne de côté se concrétise”.
Dans le domaine de la santé, le premier ministre et son équipe ont été confrontés pendant les douze premiers mois, aux affres de la pandémie au coronavirus. Des sommes colossales ont été débloquées non seulement pour la prise en charge des cas actifs qui revient excessivement cher à l’Etat, mais aussi à l’achat des vaccins qui coûtent également les yeux de la tête. Face à la situation, le gouvernement n’a lésiné sur aucun moyen pour se positionner aujourd’hui dans le peloton de tête des pays s’illustrant par les meilleures stratégies de lutte contre la pandémie.
La plateforme industrielle d’Adétikopé dont les activités ont été officiellement lancées par le gouvernement a pour mission essentielle, la transformation locale des produits naturels du Togo et leur exportation. Elle est conçue pour générer près de 35 000 emplois directs et indirects.
La seule fausse note, réside dans la flambée des prix des produits céréaliers et de consommation qui a servi de détonation au phénomène de la vie chère. Le Togo a enregistré en 2021, une inflation de 6.2 % selon la banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest. C’est d’ailleurs le taux le plus élevé des pays de l’UEMOA. Une situation qui réduit significativement le pouvoir d’achat des Togolais.
Au regard de ce qui précède, le bilan de l’an 1 de Victoire Tomegah Dogbe sans être largement positif, est donc encourageant. Selon la Banque africaine de développement, le PIB réel du Togo pourrait s’établir à 4,3 % en 2021 à condition de rétablir les investissements dans les secteurs des transports, de l’énergie et le secteur manufacturier.
Nul doute que dans les prochains mois, la toute première femme cheffe du gouvernement de l’histoire du Togo, nommée en octobre 2020, se donnera les moyens de parer au plus pressé en vue de conférer à l’action de l’Exécutif, tout le rayonnement requis.
Gilles  OBLASSE /Directeur de publication
Share This Article
Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *