Togo: « faible mobilisation » au début de la manifestation de l’opposition

Gilles Oblasse
1 Min Read

Samedi les manifestants rejoignaient au compte-goutte  le centre de la capitale togolaise Lomé, à l’appel de l’opposition, pour réclamer une réforme de la Constitution qui barrerait la route à un nouveau mandat de Faure Gnassingbé en 2020.La coalition de l’opposition togolaise C-14 était encore dans la rue samedi, après avoir boycotté les dernières élections législatives, dénonçant des irrégularités. Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson rassure : « Les réformes, l’alternance, nous les obtiendrons au plus tard en 2020, donc nous ne sommes pas du tout inquiétés par le fait qu’aujourd’hui il n’y ait pas eu autant de monde que d’habitude », explique-t-elle.Jean-Pierre Fabre lui, appelle chaque militant à rester attentif aux mots d’ordre.

Le président Gnassingbé, au pouvoir depuis quelques années, a déclenché la colère de l’opposition  en affirmant, lors d’une visite au Ghana, que la Constitution en vigueur au Togo, qui ne fixe aucune limite au nombre de mandats présidentiels, serait « rigoureusement respectée ». Manière de laisser entendre qu’il pourrait briguer un troisième quinquennat l’année prochaine.

 

 

Gilles  OBLASSE

Share This Article
Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *