La ratification de 3 projets de loi d’intérêt vital en matière de santé, d’eau et des mines autorisée par le Parlement

0
100

 

 Le  parlement togolais a adopté, ce 08 mai 2023, à l’unanimité des députés présents, la ratification de trois projets de loi.  Ils  portent respectivement,  sur la création de l’agence africaine de médicament, le statut du fleuve Mono et création de l’autorité du bassin du mono et les statuts du centre africain de développement minier. C’était en présence du ministre Christian Trimua des droits de l’Homme, de la formation à la citoyenneté et des relations avec les institutions de la République, du Professeur Moustafa Mijiyawa, ministre de la santé, de l’hygiène publique et de l’accès universel aux soins, de Bolidja Tiem, ministre de l’eau et de l’hydraulique villageoise et de Mawunyo Mila Aziable, ministre déléguée auprès du Président de la République chargée de l’énergie et des mines.

Le premier projet autorise la ratification du traité portant création de l’Agence africaine du médicament dont le traité a été adopté le 11 février 2019 à Addis-Abeba en Ethiopie. Ce traité a pour objectif de faciliter une réaction coordonnée à l’échelle continentale face aux crises sanitaires, de surveiller et d’atténuer le risque de pénurie de médicament  et de dispositifs médicaux critiques, de proposer des conseils scientifiques sur les médicaments susceptibles de prévenir, diagnostiquer ou traiter les maladies à l’origine de ces crises. Il facilitera également la coordination des essais cliniques, y compris les vaccins. L’accès aux médicaments de qualité étant une préoccupation majeure pour l’ensemble des pays africains.

La ratification de ce traité permettra au Togo non seulement de renforcer sa politique pharmaceutique, maillon essentiel de la couverture sanitaire universelle, afin de mieux répondre aux besoins des couches vulnérables mais aussi de réaliser les objectifs déclinés dans le plan national de développement (PND) notamment en son axe stratégique 3 intitulé « consolider le développement social et renforcer les mécanismes d’inclusion ».

Le deuxième autorise la ratification de la convention portant statut du fleuve Mono et création de l’Autorité du bassin du Mono, signée le 30 décembre 2014 à Cotonou.

Signée par les Chefs d’Etat du Benin et du Togo, cette convention dénommée « Convention ABM », vise à promouvoir la coopération entre le Benin et le Togo et à assurer un développement intégré et durable du bassin du Mono.

La ratification de la « Convention ABM » permettra au Togo de réaffirmer davantage son engagement pour la promotion de la gestion durable des ressources en eau du bassin du Mono. Par ailleurs, elle participe à la réalisation des objectifs du développement durable (ODD) dans le domaine de l’eau. Elle facilitera ensuite l’élaboration de solutions rationnelles et concertées aux problèmes liés à la gestion des ressources naturelles du bassin du Mono entre les communautés d’une part, et les deux Etats d’autre part.

Quant au troisième projet, il  autorise la ratification des statuts du Centre africain de développement minier, adoptés le 31 janvier 2016, à Addis-Abéba.

Ce centre a pour objectifs, entre autres, de s’assurer que les intérêts de l’Afrique et ses préoccupations dans ce secteur lucratif sont correctement définis et internalisés dans l’ensemble du continent, au profit et pour la prospérité de tous et contribuer à la promotion d’un secteur minier hautement qualifié qui offre plus d’avantages économiques et sociaux en raison des niveaux de productivité élevés.

La ratification des statuts de ce Centre permettra au Togo de bénéficier de l’assistance du Centre dans la mise en œuvre des réformes minières, ainsi que des ressources humaines qualifiées pour l’approfondissement de la recherche minière.

Les ministres présents à la séance, se sont félicités de  la qualité du rapport et la pertinence des questions des députés qui ont fait l’objet de discussions. C’est pour eux,  une preuve indéniable que  la Représentation nationale sensible aux grandes et épineuses questions de l’heure est décidée à jouer sa partition aux côtés d’un gouvernement responsable et soucieux de l’avenir de ses populations.

Selon le ministre Christian Trimua, « Le vote de ce jour, est une contribution importante à la politique internationale du président de la république Son Excellence, M. Faure Essozimna Gnassingbé qui vise, d’une part, à conforter le positionnement de notre pays sur la scène internationale et en particulier, africaine, mais également à faire participer et bénéficier nos populations, des expertises techniques

 

Gilles  OBLASSE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here