Foire ‘‘Made in Togo’’ : Une initiative salutaire pour sortir les produits locaux de l’ornière

Gilles Oblasse
5 Min Read

Depuis quelques années, le  gouvernement togolais intègre la consommation et la promotion des produits locaux dans sa politique de développement. Pour ce faire, il a institué le concept  « mois du consommer local » porté par le ministère du Commerce, de l’industrie et de la Consommation locale. En dehors de ce concept, il organise chaque année, une manifestation commerciale dénommée ‘’Foire Made in Togo’’, sous l’égide du même département, destinée à la promotion des produits locaux.

 Après trois ans d’interruption, la foire ‘Made in Togo’ fait son retour depuis quelques jours, au centre togolais des expositions et foires (cetef) qui, le 28 juillet, a servi de cadre à sa cérémonie de lancement officiel. Pendant 10 jours, sur plus de 70 stands, sont exposés et en vente libre, aux visiteurs et aux partenaires potentiels, des produits et mets exclusivement locaux. Des conférences-débats, panels, ateliers et soirées culturelles mettant en valeur les richesses agricoles, culturelles et artistiques du pays, sont également à l’affiche de la foire qui s’achève le 06 août.

Pour le Directeur de cabinet du ministère du commerce, Koffi Mensah Vignon qui  a donné le ton des activités, l’initiative vise non seulement à renforcer la visibilité des petites et moyennes entreprises, mais aussi à sensibiliser ces dernières à la nécessité des normes, de qualité et d’emballage des biens et services locaux.

Cette foire qui se veut, la deuxième grande fête foraine au Togo est animée par des opérateurs économiques de tous les secteurs d’activités qui exposent des produits réellement fabriqués au Togo et destinés aux marchés nationaux et internationaux. Elle a pour objectif principal, d’une part la promotion des produits d’origine togolaise afin d’encourager leur consommation et d’autre part la valorisation de la culture togolaise.  La promotion de la consommation locale constitue l’une des actions prioritaires du gouvernement, et s’inscrit dans l’axe 2 du Plan national de développement (PND).

blank

L’organisation de cette foire est salutaire. Elle constitue pour nos produits locaux et leurs producteurs une bouée de sauvetage dans un environnement dominé par des produits importés qui n’offrent pas de garantie sanitaire avérée. Depuis la création de cette foire, le secteur de la production locale sort, progressivement du creux de la vague. Le consommateur togolais intègre désormais dans son alimentation, le riz de Kovié qui n’a rien à envier au riz parfumé importé, l’Afiti de Kara et de Niamtougou qui n’a rien à envier aux ‘’Cubes’’, ‘’Glutamates’’ pour ne citer que ceux-là. Au niveau de l’habillement, les pagnes ‘’Kété’’, les tenues traditionnelles, homme, femme, enfants, des colliers, des chapeaux et autres accoutrements et  parures de même nature, sont actuellement prisés.

Cette foire donne lieu désormais à la présence sur les rayons des supermarchés des produits « made in Togo », une amélioration de la visibilité des producteurs et de leurs produits. Ce qui induit une augmentation globale du chiffre d’affaires de près de 80% des 55 acteurs, selon les statistiques.

 En dépit de ces résultats, quelques défis restent à relever. Il s’agit des questions de qualité, de certification, de fiscalité, d’emballage et d’encadrement des acteurs. Des défis susceptibles d’être relevés à travers la création d’une instance consacrée au secteur privé, consacrée la mise en place d’une division chargée du développement des petites entreprises faisant office  d’acteurs majeurs de la consommation locale. Il incombe également au gouvernement de veiller à la qualité de ces produits et de l’environnement. Pour rassurer les consommateurs sur ce plan, une certification des produits s’impose. 

Au regard de ce qui précède, on peut affirmer sans risque d’être démenti que si la ‘’Foire Made in Togo’’ n’existait pas, il aurait fallu l’inventer pour donner un sens à la production locale et un sourire aux producteurs dont les conditions de vie décrivent lentement mais sûrement, un début d’amélioration au Togo. Quoiqu’on dise.

Gilles OBLASSE

Share This Article
Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *