27 avril : le Président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé s’est adressé aux togolais

Gilles Oblasse
4 Min Read

 Dans cette interview inédite accordée à la chaîne locale New World TV, le Président Faure Gnassingbé revient sur les sujets brûlants de l’actualité togolaise. De la lutte contre les attaques terroristes à l’agriculture, en passant par les élections, les mesures sociales, la promotion du genre et la politique extérieure, rien n’a été laissé de côté dans cet entretien. Cette rare entrevue accordée à un média local a été un moment marquant de la commémoration des 63 ans d’indépendance du Togo. 

Le Président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé s’est adressé aux togolais. Lutte contre le terrorisme, situation économique, agriculture, vie chère , paix et sécurité et mesures sociales, Faure Gnassingbé a abordé plusieurs aspects et expliqué plusieurs décisions, invitant les compatriotes au courage, à la solidarité, à l’abnégation et au travail. “L’indépendance est une fierté, mais c’est aussi un moment pour faire le bilan et essayer d’aller dans le sens du progrès, améliorer les choses. La vie n’est pas facile, les gens se serrent la ceinture, mais c’est par l’effort et le travail que nous allons nous en sortir”, a indiqué le Président de la République.

 

Nous allons aborder le chapitre économique. La conjoncture demeure marquée par l’inflation, la tendance des prix des denrées de première nécessité est toujours à la hausse sur les marchés. Les Togolais continuent de serrer indûment les ceintures. Le gouvernement prend certes des mesures, mais il n’y a vraiment pas d’amélioration significative. Jusqu’à quand cela durera-t-il, monsieur le Président ?

Interview extrait

Faure Gnassingbé (FEG) : Tout d’abord, je ne vous apprends rien en disant que l’augmentation des prix est un phénomène mondial, amplifié par la succession de crises après la pandémie de Covid-19. Cette hausse des prix est principalement due à une inflation importée aux deux tiers, bien que les produits locaux représentent environ 33% de cette inflation. Face à un choc imprévu de cette ampleur, l’une des réponses classiques des États est de recourir aux subventions, ce que nous avons fait pour les augmentations de salaires ainsi que pour les produits pétroliers et gaziers. Cependant, cela représente un coût exorbitant d’environ une centaine de milliards, ce qui n’est pas durable et ne peut être répété chaque année.

La deuxième solution est de produire autant que possible ce que nous consommons, afin de réduire notre dépendance aux importations, notamment en matière de produits alimentaires. C’est pourquoi nous avons relancé et renforcé notre intérêt pour l’agriculture à l’école.

Je peux donc dire aux Togolais que la solution à une bonne partie de ce phénomène se trouve ici même sur le sol togolais. Nous créons les conditions pour que l’agriculture ne soit plus un métier pénible et souvent dévalorisé, mais plutôt une entreprise attrayante. Si les agriculteurs changent de statut social pour devenir des entrepreneurs, cela rendra le métier plus attractif et permettra peut-être même de voir apparaître des agriculteurs togolais multi millionnaires ou milliardaires, ce qui serait un exemple pour la jeunesse. Nous devons donc profiter de cette crise pour saisir les opportunités qui se présentent, notamment dans le secteur agricole.

Share This Article
Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *